La Suisse est un pays de traditions, dans lequel il fait bon vivre. Rien de surprenant que vous y rencontriez des hommes plutôt conservateurs, peu enclins à changer leurs habitudes de vie. Ainsi, on observe selon les statistiques, un fort pourcentage d’hommes célibataires divorcés qui ont décidé de recommencer leur vie de couple avec une femme des pays de l’ancien bloc soviétique (Russie, Ukraine, Moldavie, Roumanie). Ce n’est un secret pour personne que les femmes russes sont, elles-aussi, plutôt conservatrice en ce qui concerne le fonctionnement du couple, avec des polarités fortes Homme-Femme.

Les Suissesses plus indépendantes ?

Un ami Suisse, homme dans la cinquantaine ayant une belle situation professionnelle à Lausanne a vécu dernièrement une expérience décevante avec une femme qu’il a rencontré sur un site de rencontre suisse dont nous garderons l’anonymat. Cette rencontre était au départ très prometteuse puisqu’ils se sont tous les 2 rapidement aperçus qu’ils avaient des points communs comme le fait de jouer au tennis, les promenades dans la nature. Ils étaient également dans le même milieu professionnel, et des 2 côtés, les enfants grands et indépendants.

Après une première année de bonheur à se fréquenter et partager des bons moments, cet homme suisse a proposé à sa conjointe d’emménager avec lui dans son appartement spacieux et moderne. Mais elle a catégoriquement refusé en lui expliquant fermement et poliment qu’elle souhaitait avoir une relation sans engagement. Autrement dit, on fait des activités ensembles, on passe du bon temps à 2 après le travail, on dort chez l’un ou chez l’autre, mais cela n’ira pas plus loin. La notion de couple a fortement évolué dans les dernières années en Suisse. Dévasté par cette nouvelle, que mon ami n’avait tout simplement pas anticipé, ils ont rapidement mis un terme à cette idylle frivole. Déçu, mais pas découragé, il s’est alors adressé à une agence matrimoniale Ukrainienne, le CQMI.

En Ukraine et en Russie, des femmes slaves aux valeurs traditionnelles

Après un voyage à Kiev, qui se trouve à 2 heures 30 de Genève, mon ami a eu la surprise la plus agréable. Il a découvert un pays, non pas à feu et à sang, comme le décrive les médias, mais très agréable et touristique, moderne et invitant. Les femmes ukrainiennes sont bien apprêtées, souriantes, sexy, modernes et traditionnelles. Les rencontres étaient bien encadrées par l’agence locale qui fournit les services d’une traductrice francophone et russophone. Les ukrainiens parlent la langue russe plus souvent qu’autrement.

L’assistante a été très utile puisqu’elle donnait des conseils relatifs au différences de culture. Les femmes ukrainiennes sont apparemment très proches de la mentalité helvétique, les apparences sont importantes et les traditions inaliénables. Au final il aura rencontré 5 dames célibataires un peu plus jeunes que lui mais sérieusement motivées à créer un foyer dans lequel l’homme et la femme vivent à deux avec une orientation familiale. Faut-il aller en Ukraine pour retrouver la notion de famille ?

Retour