Il y a beaucoup de choses que les non-trans ne savent pas sur les trans et sur l'expérience des trans en général. Cette ignorance est, à mon avis, le plus grand mal pour des gens comme moi. L'ignorance est non seulement très néfaste et bien souvent les gens pensent et jugent à partir de l'ignorance la plus absolue quelque chose qu'ils ne comprennent pas parce qu'ils ne l'ont pas vécu et qui souvent ne les intéresse pas parce qu'il ne les touche pas directement. Et l'empathie est un bien social si rare.

Sur cette base, je voudrais témoigner l'exemple de ma vie comme escort girl trans Paris. Non pas dans le sens où je crois être un exemple à suivre, mais en essayant de rendre mon expérience de trans aussi visible que possible. C'est pourquoi partout où je vais tout le monde sait que je suis trans. Je ne me cache pas et je n'ai pas honte, en fait je suis assez fière de cela.

Mais les choses ne sont jamais aussi faciles qu'elles le paraissent, et il y a beaucoup de pressions et de situations qui m'ont beaucoup affecté personnellement jusqu'à présent et qui ont fini par devenir mes dernières conquêtes (pour ainsi dire).

Le jugement sur les femmes trans

Les femmes trans en particulier sont soumises à un jugement social très particulier dans lequel nous sommes tenues de nous montrer aussi "féminins, normatifs, binaires et stéréotypés" que possible. Si notre corps, nos comportements et notre expression de genre s'inscrivent dans ce que la société appelle "normal", on dit souvent que nous sommes "pashing". Un concept terrible puisque tous les trans (en particulier les femmes trans) sont parfaitement valables, et que personne n'est plus ou moins une femme d'après son apparence. Mais c'est aussi un outil qui facilite grandement la vie de ceux d'entre nous qui ont la "chance" de ne pas être critiqués pour être sortis de la norme et de la vie quotidienne.

Personnellement, ce n'est pas que je fasse un effort pour m'adapter à ce concept, j'ai juste eu la chance que les hormones et mon corps s'entendent bien, ce qui fait que je m'intègre assez bien (en plus de ma forme corporelle, de mon expression corporelle et ainsi de suite) au concept de ce que l'on pourrait appeler une femme. Bien que j'aie toujours dit et soutenu que les concepts de "féminité et de masculinité" doivent être réinventés, car je ne considère pas que des choses comme le fait de travailler avec des explosifs et de jouer de la batterie dans des groupes de métal n'ont pas leur place dans cette "féminité". C'est comme le simple fait de ne pas pouvoir garder confiance en moi quand je sais que mon pénis peut être senti sous mes vêtements (et ce n'est pas du tout parce que j'ai honte de mon pénis, j'en suis plutôt fier). Cette petite nuance, c'est le renflement sous les vêtements quand il devient visible signifiait pour moi de perdre le contrôle sur qui et comment je savais que j'étais trans, cela signifie m'exposer ouvertement au jugement des autres et donc aussi aux dangers liés au fait d'être trans (comme le fait que quelqu'un décide de vous agresser simplement parce qu'il ne peut pas supporter ce que vous êtes et ce que vous représentez). Vous voulez que cette pression ne soit pas là et elle est très forte, et même pour moi qui me considère comme un dur, cela fait des années que je n'ai pas osé, par exemple, mettre un bikini et me mettre dans une piscine… Mais c'est fini.

Retour